Selon les chiffres officiels fin mai 2019

2.500 GJ blessés lors des manifestations dont plus de 400 gravement.

Les LBD40 représentent 300 cas.

Les grenades explosives de désencerclement - GMD représentent 100 cas.

Les grenades lacrymogènes explosives instantanées - GLIF4 représentent 35 cas.

Toutes sont des armes de catégorie A2 (matériel de guerre).

Ces armes sont responsables entre 1999 et 2018 de 53 mutilations qui concernent indifféremment des passants, des lycéens en grève, des jeunes des banlieues, des manifestants écologistes ou même des supporters de foot.

 

Depuis le 17 novembre 2018 :

Augmentation de l'utilisation de 200% contre la population civile.

Plus de 19.000 tirs de LBD40, 5.400 tirs de GMD et 1.400 tirs de GLIF4.

Avec comme bilan lamentable :

Plus de 435 blessés dont :

1 personne âgée (Zineb Redouane) décédée à Marseille des suites d’un tir de lacrymogène alors qu'elle fermait ses volets.

Steve Maia Caniço disparu dans la Loire lors d'une attaque inouïe des forces de l'ordre pendant la fête de la musique à Nantes.

7 Gilets Jaunes amputés de tout ou partie d’un membre.

25 Gilets Jaunes éborgnés (auxquels se rajoute un supporter de foot).

Plus de 80 GJ ont subi des traumas cranio-faciaux.

 

Un petit rappel concernant les jouets favoris de nos forces du désordre

Le LBD40 : une balle dure lancée à 324 km/h, impact correspondant à 1 parpaing de 20kg lâché de 1m. Normalement, sauf en France apparemment, interdiction formelle de tirer à moins de 10m et de viser la tête.

La GMD : une grenade explosive avec 25g de TNT propulsant 18 palets durs à 126 km/h dans un espace de 30m.

La GLI F4 : une grenade explosive avec 25g de TNT produisant une détonation de 165db (équivalente à un réacteur d’avion au décollage).

 

Lisez et gravez bien ça au fond de votre mémoire. Ces chiffres ne vous parlent pas d'une dictature sud américaine, mais de la France de Macron !

Article issu du site Bribes d'Infos

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir